Nouvelle Conscience

Nouvelle  Conscience

Faire reverdir le désert

Greening the Desert : c'est le projet insensé que cet expert mondial en permaculture est en train de réaliser dans le désert de Jordanie

L’Australien Geoff Lawton est l’un des plus grands experts mondiaux en permaculture. Il a formé à cette méthode plus de 15 000 étudiants. Son dernier projet s’intitule Greening the Desert (faire verdir le désert) et c’est tout un programme. Il veut montrer que l’on peut créer de l’abondance partout, même dans un lieu aussi aride que le désert de Jordanie. 

Avec son équipe, il a créé une forêt vivrière dans laquelle on trouve des arbres fruitiers, de la végétation, des vignes, des légumes, etc. Il n’utilise que des méthodes naturelles pour récupérer et recycler l’eau, pour fertiliser les sols et créer un écosystème riche en biodiversité et productif.

Dans la région la plus aride au monde, 400 m au-dessous du niveau de la mer, avec un sol fortement dégradé, Geoff Lawton a créé un climat plus frais qui protège les cultures de la chaleur du désert. Voici une vidéo dans laquelle Geoff Lawton parle de son projet en Jordanie :

 

 

Pour voir l'article en entier avec phot, cliquez sur le lien.:

GEOFF LAWTON FAIT VERDIR LE DÉSERT GRÂCE À LA PERMACULTURE

Apparemment otu s'est affiché ci-dessous, impeccable...!

 

Si l’agriculture traditionnelle est en crise, l’agriculture biologique, elle, se porte à merveille. À vrai dire, elle est même en plein boom et s’ancre définitivement dans le paysage français. Tant mieux car, comme le révèle la dernière enquête publiée par l’Agence Bio, ce secteur est en train de créer des emplois par milliers et se révèle être une formidable opportunité économique pour la France. Tous les détails.

Source : Shutterstock

 

Entre 2012 et 2016, l’agriculture bio a créé 32 500 emplois. Avec 118 000 emplois en équivalent temps plein, elle représente désormais 10,8% de l’emploi agricole en France. Une progression spectaculaire et soudaine qui n’est pas près de s’arrêter. Rien que l’an passé, la filière a fait un bond de 11% !

Source : Shutterstock

 

Et encore, ces chiffres ne concernent que les emplois directs. Si l’on prend également les 15 000 entreprises qui travaillent désormais pour la filière bio (transformation, distribution, import/export, conseil, formation, contrôle…) on pourrait ajouter 40 320 emplois supplémentaires… Ça commence à peser, et pas qu’un peu !

Source : Shutterstock

 

Il faut dire que l’activité est poussée par le nouvel engouement des Français pour une nourriture saine, respectueuse de l’environnement et, donc, biologique. Rien qu’entre 2015 et 2016, la consommation du bio à domicile a progressé de 21,7%. De 5,8 milliards d’euros, le marché est passé à 7 milliards en 12 mois seulement. Pas étonnant que les producteurs suivent le mouvement.

Quant à la restauration, elle progresse un peu moins vite, mais s’y met aussi, et c’est assez net : +10% en un an.

Source : Shutterstock

 

 

Compte tenu de ce mouvement mis en oeuvre par les consommateurs, les distributeurs et les producteurs, ce n’est rien de moins que le paysage français qui, peu à peu, est en train de changer. Entre 2015 et 2016 la surface agricole consacrée au bio a progressé de 17,5%. Désormais, elle représente 5,7% de la surface agricole totale. Il y a donc encore beaucoup de marge mais, à ce rythme elle pourrait être rapidement grignotée !

Source : Shutterstock

 

Pour preuve, l’Agence Bio table sur une nouvelle augmentation de 20% des surfaces bio pour 2017 et 2018… Seule condition avancée : que le gouvernement mette bien en oeuvre le plan de transformation agricole de 5 milliards d’euros sur 5 ans, chose qui avait été promise au cours de la campagne présidentielle.

Il semblerait que la France tienne enfin le bon bout. Pourvu qu’elle ne le lâche pas et pourvu que les Français continuent d’encourager ce mouvement par leur politique d’achat.



05/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 314 autres membres