Nouvelle Conscience

Nouvelle  Conscience

9 - Et si j’agissais autrement!

 

L’enseignement scolaire nous a appris à agir d’une certaine manière et pourtant il y a mille t une autre manière d’agir. Lors d’un cours de relaxation, j’ai demandé aux élèves de défaire les lacets d’une chaussure et ensuite de les lacer autrement et il y a eu presqu’autant de laçages différents que de personnes. Certains disaient ce n’est pas possible ou cherchaient un raison ou une méthode logique, c’est vrai qu’il y avait beaucoup de profs dans mon cours. Mais d’autre on fait part d’imagination et de créativité. Même en ayant un esprit logique et en voulant absolument la cocarde en haut, il y a de nombreuses possibilités.

 

Dans ma vie j’ai réalisé de nombreuses choses  parce que j’ai toujours considéré que je pouvais faire autrement. Je n’avais pas de diplôme et je suis devenu opérateur sur ordinateur, programmeur, charge de projet, formateur. Je ne connaissais rien à la relaxation et j’ai été une des premières personnes à donner des cours en Picardie. J’ai été au chômage pendant presque 5 ans, ensuite je me suis occupé de sans-abri. Vous pouvez peut-être vous poser cette question. Il pratique la pensée positive et il était au chômage. En fait le chômage m’a permis une véritable prise de conscience et a bouleversé complétement ma manière de voir le monde. Si je n’avais pas été au chômage, je n’aurais pas changé ma manière de voir les choses.  Mais comme je pratique la pensée positive, je n’ai jamais vécu le chômage de manière négative.

 

Il est facile de penser positivement quand tout va bien, mais penser positivement quand ça ne va pas, c’est un véritable challenge. Cela oblige à voir la vie autrement.

 

Ma femme qui travaillait à mi-temps a travaillé à temps plein. Et quand j’en ai vraiment eu assez d’être au chômage, il m’est arrivé tout un concours de circonstance qui m’a permis de retrouver un emploi en m’occupant d’anciens sans-abri. Et cela m’a permis aussi  faire une formation avec des formateurs extra ordinaires qui avaient une vision de la vie totalement différente de celle apprise. Un jour ils nous ont dit. « Aujourd’hui vous pouvez faire ce que vous voulez, allez-y ! » Et là personne ne savait que faire… Nous sommes tellement conditionné à faire ce que l’on nous a appris  que  quand nous avons la possibilité de faire ce que l’on veut  on se rend compte que l’on n’a même pas envisagé cette éventualité.

Quand on a l’habitude d’agir autrement, on rencontre aussi des gens qui agissent autrement. Très rares il y a une vingtaine d’années, il commence à y en avoir de plus en plus ce qui montre bien que la société est en train d’évoluer et de faire des prises de conscience. Je connais une personne qui a décidé que ces « concurrents » allaient devenir ses partenaires. Cette vision des choses lui a permis, non seulement,  d’augmenter son chiffre d’affaires, mais aussi à ses « partenaires » d’augmenter leurs chiffres d’affaire. A Paris j’ai été étonné de voir plusieurs magasins de chaussures dans la même rue. J’ai maintenant compris pourquoi. Cela permet au client de trouver sa paire de chaussures sans changer de quartier.

 

Et si j’avais d’autres idées

Quand nous sommes ancrés dans nos habitudes, il est difficile d’avoir de nouvelles idées. Et si je me mettais  à suivre une idée. Souvent une idée n’est pas le fruit du hasard. Elle répond à quelque chose qui vibre en moi, elle me correspond. Un musicien n’aurait pas une idée pour construire un pont, mais une idée pour composer un morceau de musique. Nos idées sont toujours en rapport avec ce que nous sommes.

 

Il ne faut pas minimiser nos propres idées, mais au contraire faire ce qu’il faut pour qu’elles s’épanouissent.

 

Sortez de la routine

Savez-vous quelle est la plus grande force que nous utilisons tous, c’est la force de l’habitude. Nous faisons tout par habitude. Et si je commençais à changer mes habitudes. Je ne suis pas obliger de chercher à faire de grandes choses. Simplement changer des petites choses. Par exemple, si j’ai l’habitude de manger pain beurre, confiture ou chocolat, je vais prendre du muesli ou manger un œuf au petit déjeuner. Et là, je vais me rendre compte que je peux le faire. Et peut-être aimer votre nouvelle habitude, ou pas.

 

L’objectif est de changer d’habitude, de trouver des nouvelles sensations. L’habitude de changer d’habitude me permet de voir les choses autrement, de m’ouvrir à certaines possibilités. Une fois, j’étais avec mon directeur et nous nous étions donné rendez-vous sur le parking d’une grande surface. Comme nous partions chacun avec notre voiture, je le vois prendre la route de gauche. Je trouve cela bizarre la grande surface se trouvant sur la même route directe à 3 kms. Je me rends directement à la grande surface. Il arrive là-bas 5 mn après moi. Je lui demande pourquoi il a pris la route de gauche. Il me répond : « C’est celle que je prends d’habitude. » De même pour sortir de mon lotissement, ils ont construit une nouvelle route, plus rapide, sans feu. J’ai un ami qui prend toujours l’ancienne route, par habitude.

 

Avec l’habitude, vous ne prenez aucun risque, sauf celui de la monotonie.

 

Pour sortir de l’habitude, il faut avoir un rêve, une vision. Si je n’ai pas de rêve, pas de vision, j’entre dans le rêve d’un autre.

 

J’ai eu deux profs de Qi Gong.

  • Une qui refait toujours le même exercice jusqu’à ce que nous soyons parvenus à la maitrise.
  • La seconde, qui s’adapte, modifie son cours selon les élèves, nous fait entrer dans la sensation. Je pourrais même dire qu’elle nous fait entrer dans son rêve, dans sa vision.

Dans le premier cas, je vais maitriser une routine.  Et le mouvement sera parfait.

Dans le second cas, je vais entrer dans la dimension du Qi Gong profond, intuitif. Dans le mouvement va entrer quelque chose de vivant. Même si le mouvement n’est pas juste ma perception va être juste, parce que je vais entrer dans le ressenti. Et le ressent, c’est la vie..

 

Sortir de la routine c’est construire son rêve.

Si je ne construis pas mon propre rêve, j’accomplis le rêve d’un autre.

 

Est-ce que je suis né pour vivre mon propre rêve ou pour vivre le rêve d’un autre ?

 

Dans la routine, nous savons ce qui nous attend.

En dehors de la routine, c’est l’inattendu qui nous attend.

 

Plus nous avons l’habitude de vivre l’inattendu, plus nous sommes en mesure de lui faire face.

  • Celui qui vit la routine ne sortira jamais des sentiers battus, par peur.
  • Celui qui vit son propre rêve sera capable de faire face à l’inattendu.

 

Où le routinier voit un problème, celui qui a une vision voit une opportunité.

 



28/01/2017
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 313 autres membres